Accueil » Bébé » Alimentation bébé » 8 choses à savoir sur la lactoferrine dans le lait maternel !

8 choses à savoir sur la lactoferrine dans le lait maternel !

Le lait maternel est l’aliment idéal et naturel de bébé. Parmi les protéines précieuses qu’il contient nous retrouvons la lactoferrine.

Le lait maternel reste en effet l’aliment idéal dès la naissance de bébé. D’après l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), un allaitement exclusif pendant les 6 premiers mois de vie est recommandé, puis une poursuite en complément d’une autre alimentation. En effet, dans le lait maternel se trouvent de nombreuses protéines précieuses au bon développement de l’enfant. Parmi elles, on retrouve la lactoferrine. Un terme inconnu au bataillon pour toi ?

Pas de panique, voici les 8 informations principales à savoir sur cette protéine aux multiples bienfaits !

Allaitement: la lactoferrine danslelaitmaternelCrédit : Darcyferrisphotologo

 1-La lactoferrine est présente dans le colostrum en grande quantité

La lactoferrine est présente en grande quantité dans le colostrum, appelé aussi « or liquide » qui est une substance épaisse de couleur jaune-orangée. Il est produit en fin de grossesse et pendant les premiers jours de vie du nourrisson, c’est le premier lait de la jeune maman. Il est très riche en anticorps et en protéines pour protéger bébé. Il sera remplacé progressivement par le lait maternel « mature ».

 2. Le taux de lactoferrine évolue pour s’adapter aux besoins de Bébé

Le lait maternel mature contient de 1 à 2 g /L de lactoferrine ; le colostrum peut en contenir jusqu’à 7g/L. (4) Les besoins du nourrisson évoluent au court du temps, et la composition du lait maternel en lipides, glucides et protéines en font autant pour permettre une croissance et un développement optimums.

3. La lactoferrine joue un rôle dans l’immunité du bébé

Même si l’enfant possède déjà un système immunitaire à la naissance, il est considéré comme « immature » et c’est le lait maternel et ses composants comme la lactoferrine qui protège le nourrisson des infections. En bref, bébé a un vélo, mais il ne sait pas encore en faire ! Le lait maternel, et plus spécifiquement la lactoferrine qu’il contient, va aider l’enfant à réguler et à consolider son système immunitaire en créant une protection contre certaines maladies auto-immunes ou des allergies.

 4. La lactoferrine régule le fer

 Protéine de la famille des transferrines, la lactoferrine est capable de se lier avec le fer au niveau intestinal et ainsi elle favorise son absorption, tout en le régulant.  La lactoferrine permet au nourrisson de bien absorber le fer présent dans le lait maternel (5)

 5. Une protéine aux propriétés antimicrobiennes

La lactoferrine contient des propriétés antimicrobiennes [1]. Cela s’explique avec des termes un peu pointus, mais pour faire le plus simple possible : la lactoferrine a un effet bactériostatique. Cela veut dire qu’elle contribue à diminuer et à neutraliser les bactéries gourmandes en fer. Comme in. En fixant le fer, la lactoferrine prive les éléments pathogènes de cet élément nécessaire à leur développement. Privés de nourriture, elles ne peuvent plus se développer et infecter bébé Ainsi, bébé peut grandir et s’épanouir correctement et sereinement !

6. La lactoferrine : des propriétés anti-infectieuses.

La lactoferrine présente des propriétés anti-infectieuses. La lactoferrine apportée par le lait maternel aide à la prévention des infections des tout-petits, et à la diminution les infections digestives et respiratoires [2].

 7. La lactoferrine contribue au développement de la flore intestinale de Bébé

 La lactoferrine participe au bon développement d’une flore intestinale équilibrée chez le tout-petit[3]. En effet, au début de l’allaitement, elle agit sur la croissance et la multiplication cellulaire au niveau de l’intestin. Et si son taux se réduit dans le lait mature, la lactoferrine contribue ensuite par exemple à la production d’enzymes nécessaires à la digestion. De plus, elle a un effet prébiotique, en modulant de façon positive la flore intestinale du bébé. La flore intestinale, c’est l’ensemble de micro-organismes qui se logent au niveau des intestins et qui contribuent à la bonne digestion des aliments ingérés. Ainsi, bébé n’aura pas, ou en tout cas moins mal au bidou !

 8. La lactoferrine est présente dans le lait maternel, mais également dans celui de la vache et d’autres mammifères.

Sa concentration est environ 10 fois plus faible dans le lait de l’animal que dans celui de la femme. De plus, la protéine est fragile et abîmée lorsqu’elle est chauffée. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui en France, seule une marque de lait infantile en contient sous une forme active : la lactoferrine naturellement présente dans le lait de vache utilisé pour produire le lait infantile est abimée lorsque le lait est monté à haute température. Il faut un sacré savoir-faire pour la réintégrer intacte à la recette.

[1] Source : https://pastel.archives-ouvertes.fr/pastel-00005539/document / III-1.4.3 Effets antibactérien, antifongique et antiviral de la lactoferrine La lactoferrine exerce un effet bactériostatique sur les souches bactériennes à Gram- et à Gram+ principalement lié à sa capacité à chélater le fer et à priver ainsi les microorganismes d’un élément indispensable à leur croissance (Finkelstein, Sciortino et al. 1983; Jones, Smart et al. 1994). Elle neutralise ainsi les bactéries gourmandes en fer (E. coli).

[2] Source : https://www.modilac.fr/actualites/la-lactoferrine-une-proteine-remarquable La lactoferrine contribue également à la prévention des infections chez les tout-petits : elle est par exemple associée à la réduction du risque d’infections respiratoires*,(4,5). > (4) Ke Chen et al. Nutrition 2016 (5) King J C et al. Journal of Pediatric Gastroenterology and Nutrition 20076)

[3] Source : https://www.modilac.fr/actualites/la-lactoferrine-une-proteine-remarquable La lactoferrine contribue également à la prévention des infections chez les tout-petits : elle est par exemple associée à la réduction du risque d’infections respiratoires, (4,5).

(4) Source :  https://www.lllfrance.org/vous-informer/des-etudes/1074-nutriments-du-lait-humain  > Le taux de protéines passe en moyenne de 15,8 g/l dans le colostrum à 8-9 g/l dans le lait mature. / https://supr-agency.com/2018/06/27/utilisation-de-la-lactoferrine-dans-les-laits-infantiles-interet-de-limmunite-des-nouveau-nes/

(5 )Source : https://www.wonderparents.fr/lactoferrine-importance-pour-bebe/ Programme nutrition santé)

 

 

 

A propos de Pauline Hubert