Accueil » Mon accouchement » Comment se déroule l'accouchement ? » Témoignage de maman : « J’ai fait le choix d’accoucher à la maison »

Témoignage de maman : « J’ai fait le choix d’accoucher à la maison »

Virginie était déjà une maman comblée et bien occupée de 5 enfants âgés de 18 à 6 ans lorsqu’elle a découvert avec surprise en mars 2015 qu’elle était de nouveau enceinte. Elle qui avait déjà fait le choix d’accoucher à la maison pour son dernier enfant ne prévoyait pas d’accoucher autrement de la petite dernière. Un accouchement à la maison, ça se passe comment ? Voici son histoire.

accouchement_maison

Une sacrée surprise

Je découvre en mars 2015 la présence d’un petit invité surprise. Même si ce n’était pas prévu et plus vraiment à l’ordre du jour la nouvelle est accueillie avec joie. C’est une petite princesse qui viendra agrandir la famille et faire la parité, 3 garçons puis 3 filles que demander de plus 🙂 Le choix d’accoucher à la maison a été une évidence puisque sa grande sœur est née à la maison elle aussi en 2009 et ça a été un moment si merveilleux que je n’aurais pas pu imaginer accoucher à l’hôpital après ça.

Le jour J

Nous voici début décembre. Tout est prêt pour une naissance prévue pour le 20 décembre.  Le 2 décembre, je suis donc à 38 SA +3, je ne suis pas pressée car j’aime être enceinte. Mais notre puce en a décidé autrement ce soir là …

Je m’endors devant la télé. Vers minuit, mon mari me réveille pour qu’on aille se coucher. A 00h30 alors que je commence 0 me rendormir je sens la poche des eaux se rompre. Je réveille alors mon mari qui venait de s’endormir aussi et lui dit que je pense que si je me lève ça sera l inondation. Je me lève quand même mais rien… Mon mari me dit que j’ai certainement rêvé mais mois j’en suis sûre, je suis pas folle, j’ai bien senti et entendu ma poche se rompre …

A cet instant je sens une petite fuite le long de ma cuisse mais rien de flagrant… Dans le doute, je me recouche et essaie de me rendormir mais impossible car je suis prise d’une grosse crise de tremblements (pourtant je n’ai pas froid, je claque des dents c’est horrible). J’essaie de me calmer tant bien que mal… Toujours dans le doute et vu l’heure, nous décidons de ne pas appeler notre sage-femme tout de suite et d’attendre de voir ce qu’il se passe …

Donc je retente de faire comme si de rien n’était (car en vérité je n’avais pas encore envie d’accoucher) ! Mon mari, voyant bien que quelques contractions me font grimacer, décide d’aller tout préparer à l’étage. A 1h00 du matin, je décide quand même de monter et d’appeler notre sage-femme pour voir ce qu’elle en pense. A ce moment là, j’ai toujours des contractions mais rien de régulier, ni d’insupportable. Je me pose d’ailleurs toujours  la question de savoir si ça vaut la peine de la faire venir de suite ou d’attendre encore un peu.

Finalement, à 1h15, je lui demande de venir quand même. Elle est à 30 minutes de chez moi. Le temps de se préparer et de récupérer du matériel au cabinet elle devrait être la vers 02h00. Vu que mes contraction sont toujours supportables et toujours pas vraiment régulières, je ne m’inquiète pas, ça devrait le faire !

J’en profite pour réveiller mes filles qui tiennent à assister à la naissance de leur sœur, mais la plus petite (6 ans) n’a pas vraiment compris ce qu’il se passait et encore dans les vap’ est retournée se coucher. La plus grande (12 ans) toute heureuse est venue me soutenir avec fierté !

En attendant notre sage-femme, je continue à gérer mes contractions qui commencent à devenir un peu plus douloureuses mais toujours supportables. Et là, il devait être environ 1h40, tout s’est accéléré. Je ressens alors une grosse envie de pousser, je pleure, je dis à mon mari que je ne suis pas prête, il me dit que j’ai plus le choix, qu’elle arrive.

Jje pousse 1 fois, sa tête est dehors ! Mon mari m’encourage car c’est le moment de tout donner. Je pousse une deuxième fois… Il est 1h45 notre petite LANA est là, mise au monde par son papa et assisté de sa grande sœur de 12 ans qui est émerveillée et émue par ce moment magique qu’elle vient de partager avec ses parents …

Moi, je suis comblée , émue et tellement fière de mon mari qui n’a jamais paniqué et a merveilleusement gérer ce moment le rendant ainsi magique … au point que j’en suis déjà nostalgique, envie de le revivre encore et encore… Notre sage-femme est arrivée 15 minutes plus tard… pour nous féliciter 🙂

Voilà j avais vraiment envie de partager ce morceau de vie unique.

A propos de Anne-Laure Galluchon

Maman d'une adolescente en pleine puberté et d'une petite crapouillette, je suis une vraie pile électrique. Faut que ça bouge tout le temps ! On dit de moi que j'ai une sacrée répartie mais quand on est maman, on a plutôt intérêt à ne pas se laisser marcher sur les pieds. Je dis tout haut ce que beaucoup de mamans pensent tout bas !