Accueil » Maman » Les témoignages » Témoignage de maman : « la naissance de mes jumeaux, entre stress, douleur et émotion »

Témoignage de maman : « la naissance de mes jumeaux, entre stress, douleur et émotion »

Marjorie, auteure du blog Les petites Loutres, est l’heureuse maman de 3 enfants, Yanis âgé de 3 ans et des jumeaux, Enora et Morgan qui vont avoir 4 mois. Si chaque accouchement est différent, la naissance de ses jumeaux ne s’est pas passé comme elle l’imaginait. Un accouchement par voie basse, une césarienne express, une suspicion d’hémorragie, des jumeaux pas nés le même… Marjorie s’est confiée à nous. Découvre son histoire.

temoignage-maman

Des jumeaux !

Commençons par le commencement. Le 30 novembre 2016 nous apprenons que nous attendons des jumeaux. Grosse surprise pour nous (sachant que nous avons déjà un petit garçon de 3 ans) après la surprise de la nouvelle vient la joie de savoir que nous allons bientôt être 5 à la maison. La grossesse s’est très bien passée et j’ai pu gambader jusqu’à la fin de ma grossesse.

Le jour J

Le 21 juin 2017, je me rends à la maternité pour un déclenchement le lendemain, soit le 22 juin 2017 (2 semaines avant le terme). Les bébés sont bien positionnés, la tête en bas tous les 2, donc tout est parfait pour un accouchement par voie basse !

On m’a posé la perfusion le matin aux alentours de 8h. Et là, le temps devient très très long. Rien ne se passe… J’ai des contractions (que l’on voit au monitoring) mais je ne sens absolument rien, 0 douleur !  On attend comme ça jusqu’à 14h et toujours rien ne se passe. Je suis dilatée à 2 depuis 8h du matin et la perfusion ne fait absolument pas d’effet sur le col.

Ils décident donc de me percer la première poche des eaux vers 15h30 pour activer le travail et de me mettre sous péridurale pour gérer la douleur (si elle arrive). Le temps passe et toujours rien. Je dors, je papote, je lis, on regarde des films sur tablette avec mon mari… Bref, le néant total, et avec la péridurale, toujours 0 douleur.

Un accouchement par voie basse

Finalement, le travail commence vers 23h et ma pépette pousse son premier cri à 23h26. C’est une jolie princesse de 2.5kg. Tout s’est super bien passé, pas d’épisiotomie ni de déchirure donc c’est top. On prend même le temps de rigoler avec la gynécologue pendant qu’elle perce la seconde poche des eaux.

On recommence le même schéma… et là, impossible de sortir mon loulou (qui s’annonce être un gros gabarit). Le temps passe et je commence à me dire que si ça continue il ne va même pas naître le même jour que sa sœur. Et bien devinez quoi ? On avait vu juste, 00h arrive et le loulou n’est toujours pas là et toujours impossible de parvenir à le faire sortir.

Une césarienne en express

La gynécologue (qui était vraiment géniale) m’informe qu’on va faire une dernière tentative et que si ça ne fonctionne pas je vais être obligée d’accoucher par césarienne. Je donne tout ce que j’ai et là… toujours pas de bébé en vue. Du coup, hop césarienne en express et un beau bébé de 3.4kg qui voit le jour à 00h31.

Plus de peur que de mal…

L’accouchement s’est bien passé mais 1h après l’anesthésiste soupçonne une hémorragie. Et là, je peux vous dire que le 0 douleur de l’accouchement s’est transformé en supplice. On m’appuie sur le bas du ventre toutes les 10 minutes pour faire sortir le sang (jamais eu aussi mal de ma vie), on me dit que je vais être transférée dans un autre hôpital et que mes bébés vont rester ici… bref le cauchemar total. Ils décident de prévenir ma gynécologue (qui était venue spécialement pour mon accouchement mais qui était repartie après car tout allait bien). A son arrivée, elle constate qu’il y a 0 hémorragie, que l’anesthésiste a juste « paniqué » et que c’était normal de perdre un peu de sang après une césarienne et une naissance de jumeaux. Le soulagement total, mon calvaire était fini et j’allais pouvoir rester dans l’hôpital avec mes 2 bébés et regagner ma chambre. Au final, un accouchement super mais un après accouchement douloureux.

2 magnifiques bébés, pas nés le même jour, pas du même sexe avec 1kg d’écart donc l’un est né par voie basse et le second par césarienne !

A propos de Anne-Laure Galluchon

Maman d'une adolescente en pleine puberté et d'une petite crapouillette, je suis une vraie pile électrique. Faut que ça bouge tout le temps ! On dit de moi que j'ai une sacrée répartie mais quand on est maman, on a plutôt intérêt à ne pas se laisser marcher sur les pieds. Je dis tout haut ce que beaucoup de mamans pensent tout bas !