Accueil » Ma grossesse » Grossesse semaine après semaine » Sexe et grossesse, comment ça s’est passé pour vous ?

Sexe et grossesse, comment ça s’est passé pour vous ?

On a posé la question à quatre mamans. Celles-ci nous ont répondu sans fards sur un sujet aussi touchy. Témoignages.

grossesse-sexe

« Les trois premiers mois de grossesse, j’étais vraiment très fatiguée. Mon homme était en demande mais j’étais incapable de le satisfaire. Je m’écroulais super tôt et n’avais vraiment pas la tête à ça. Après ce trimestre compliqué, je me sentais mieux, plus épanouie, et ma libido est repartie au quart de tour ! Sauf que là, c’est lui qui était bloqué à cause de mon ventre. On en a beaucoup parlé, privilégié les caresses, et attendu que bébé pointe le bout de son nez pour reprendre une sexualité normale. C’est bizarre ce que je vais dire, mais j’ai l’impression que ça nous a encore plus soudé ! ».

Terry.

« Dés que j’ai su que j’attendais cet enfant, je n’ai plus du tout eu envie d’avoir de relations sexuelles. Je ne me sentais pas. Mon corps était entièrement dédié à ce bébé, et plus du tout aux petits jeux sexy. J’étais assez inquiète de la réaction de mon homme… sauf que contre toute attente, il ressentait la même chose ! Nous nous sommes donc abstenus jusqu’à la fin de ma grossesse. Plus de sexe, plus rien du tout. On en a beaucoup rigolé car ni lui ni moi n’avions envie de quoi que ce soit alors que d’habitude, nous sommes plutôt coquins ! »

Edwige.

« Perso, ma libido s’est un peu affolée ! J’avais envie de faire l’amour, tout le temps, partout ! J’ai beaucoup appréhendé mon nouveau corps car je suis plutôt menue et mon mari m’a toujours connu comme ça. Mais il a adoré me voir plus en formes et nous avons été peut-être même plus portés sur la chose que d’habitude. Du coup, j’ai décidé de refaire faire ma poitrine tant mon mari était, on ne peut plus d’accord ! ».

Marion.

« C’est une période très compliquée qu’il m’est difficile de revivre même avec des mots. J’étais très fatiguée, j’ai eu une grossesse difficile, j’ai dû rester alitée pendant de longues semaines. Malheureusement mon mari n’a pas su me comprendre et m’a avoué m’avoir trompé. « Par besoin » me dit-il. Je lui en veux encore, neuf mois après la naissance de notre fille. Je n’arrive pas à lui pardonner, cette idée me hante. Nous parlons de nous séparer. C’est difficile, car au lieu de vivre des choses magnifiques, nous sommes dans un conflit perpétuel. Lui me dit que ça ne compte pas, que c’était juste physique, et moi je ne comprends pas qu’on puisse faire sa à une femme qui porte juste la vie… On verra ».

Julie.

A propos de Anne-Laure Galluchon

Maman d'une adolescente en pleine puberté et d'une petite crapouillette, je suis une vraie pile électrique. Faut que ça bouge tout le temps ! On dit de moi que j'ai une sacrée répartie mais quand on est maman, on a plutôt intérêt à ne pas se laisser marcher sur les pieds. Je dis tout haut ce que beaucoup de mamans pensent tout bas !