Accueil » Ma grossesse » 6 peurs de la femme enceinte et comment relativiser

6 peurs de la femme enceinte et comment relativiser

Tu te prépares à être maman et tu te retrouves à avoir (quelques) angoisses. Tu crains le diabète gestationnel, de souffrir à l’accouchement…Découvre toutes les craintes que tu peux rencontrer et quelques petits trucs pour relativiser !

grossesse

1- Et si j’avais du diabète gestationnel ?

Il n’y a pas de raison de s’inquiéter car même si tu es prédisposée à en avoir, avec un bon suivi, tu ne risques rien.

 2- Mon stress fait du mal à mon bébé

Le stress a peu d’impact sur la santé de bébé. Tu peux tenir un journal et écrire toutes tes angoisses. Ca permettra à ton corps d’évacuer ces émotions négatives.

3- J’ai peur d’avoir mal à l’accouchement

Aucune femme au monde ne peut se vanter de ne pas avoir eu cette peur ! C’est la peur classique. Mais ne t’inquiète pas, il existe des façons d’accoucher sans douleur : préparation à l’accouchement, hypnose ou péridurale.

4-Je n’aurais plus de plaisir pendant les relations sexuelles

Tu retrouveras du plaisir après tes grossesses. Il n’y a aucun doute. Tu peux préparer ton corps à l’accouchement en entrainant ton périnée avant, mais aussi une fois bébé arrivé ! C’est un excellent moyen de retrouver une sensibilité optimale et d’éviter la descente d’organes.

5- Je ne vais jamais maigrir après l’accouchement

Après la naissance de ton bébé, tu auras besoin d’énergie pour assurer le marathon des couches, des biberons nocturnes …Pour l’instant, veille à avoir un régime sain et à vivre ta grossesse de façon bienveillante.

6- Est-ce que je peux rater l’accouchement ?

Tu peux échanger avec toutes les femmes qui sont passées par là pour te renseigner. Essaies d’être organisée et de noter tout ce que tu auras à faire le jour J : reconnaître les signes de l’accouchement, préparer le trousseau de maternité, etc.

 

A propos de Wafaa El Hamdi

Pleine d’énergie, curieuse et très sportive, voilà comment on pourrait la définir ! Et ça tombe bien, car avec elle, ça ne s’arrête (presque) jamais !